A Munich, les chrétiens d’Orient crient à la trahison

02 Mars, 2019
Provenance: fsspx.news

Le patriarche de l’Eglise catholique de rite chaldéen, Louis Raphael Sako, affirme que l’Occident est pour une bonne part responsable de l’instabilité politique au Moyen-Orient et de l’aggravation des conditions de vie des communautés chrétiennes de la région. 

Le cardinal Sako est intervenu dans le cadre de la 55e Conférence de Munich sur la sécurité qui (MSC) s’est achevée le 17 février 2019. 

Dans son discours, le primat de l’Eglise chaldéenne a souligné l’action déstabilisatrice des puissances occidentales en Irak, notamment avec la chute de Saddam Hussein ayant entraîné « une situation de vide politique ayant généralisé les fléaux du sectarisme religieux, de la corruption ». 

Aux yeux du haut-prélat, il n’y a aucun doute : les « décideurs occidentaux ont mis tout en œuvre pour promouvoir leur économie et servir leurs intérêts propres au détriment de nos pays ».  

Sans parler de l’exode des populations chrétiennes qui ont fui les exactions de l’Etat islamique, populations que « personne ne cherche à aider à rentrer chez elles. Nous avons suffisamment souffert », a conclu Mgr Sako. 

Le parterre de responsables politiques présents - dont la chancelière allemande Angela Merkel et le vice-président américain Mike Pence - n’ont pas bronché, se bornant à reconnaître par ailleurs que « l’ordre mondial est en mauvais état ». 

Les chrétiens d’Orient sont une nouvelle fois trahis par l’Occident. L’on ne peut malheureusement guère attendre autre chose de la part de nations apostates et déchristianisées, dont les dirigeants n’ont pour seule boussole que l’idéologie mondialiste et leur appétit économique. Mais leur politique à courte vue n’a pas saisi quelle leçon devait être tirée du califat tout juste disparu. La nature a horreur du vide...