Le Précieux Sang ou la magnificence de Dieu

17 Juillet, 2019
Provenance: fsspx.news

Il n'y a rien en quoi il fût aussi important pour nous que Dieu se montrât magnifique, que dans l'effusion de son sang. 

Sa souveraineté, sa magnificence devaient gagner à ce qu'il fût particulièrement prodigue de ce qui rendait sa souveraineté plus précieuse à ses yeux, et sa magnificence plus magnifique. 

Cependant je voudrais bien conserver présent à votre intelligence (…) que la prodigalité du Précieux Sang est absolument nécessaire pour notre misère, qu'une quantité moindre n'aurait pas suffi, et que, si un prix infini devait être payé pour notre rédemption, il devait être payé d'une manière infinie. 

Dieu ne peut s'empêcher d'être magnifique, précisément parce qu'il est Dieu.  

C'est son infinité agissant ainsi avec compassion et complaisance sur notre nature finie, que nous appelons sa magnificence. 

C'est un attribut qui doit nous être particulièrement cher, et que nous devrions honorer avec une dévotion toute spéciale. Si le calme de la sainteté vient de ce que nous aimons à être comme écrasés par la souveraineté de Dieu, nous venons aussi à aimer sa souveraineté par les délices que nous trouvons dans sa magnificence. 

Ce que nous avons dit équivaut à ceci : la magnificence n'a été nulle part plus nécessaire que dans le Précieux Sang ; et de fait, nulle part elle ne s'est manifestée d'une manière plus sensible, et il était d'une extrême importance pour nous qu'il en fût ainsi.